Fin de la garde à vue du patron du foot congolais à...

Fin de la garde à vue du patron du foot congolais à Kinshasa

SHARE

Kinshasa (© 2018 Afriquinfos) – Le président de la Fédération congolaise de football association (Fecofa), Constant Omari, et trois autres dirigeants sportifs de la République démocratique du Congo sont soupçonnés dans une affaire d’utilisation de fonds publics.

M. Omari, qui est aussi vice-président de la Confédération africaine de football et membre du comité exécutif de la Fédération internationale de football (FIFA), a passé 24h en garde à vue mais est ressorti libre, pour de raisons de santé. Il devra revenir jeudi matin avec son passeport au parquet de Matete, dans le centre de Kinshasa.

Barthélémy Okito, secrétaire général aux Sports de la RDC, ainsi que Roger Bondembe et Théobad Binamungu, deux vice-présidents de la Fecofa, sont toujours en « garde à vue ».

« Ils sont interrogés sur l’utilisation des fonds publics dans l’organisation des rencontres sportives des équipes nationales de football et des clubs engagés aux compétitions africaines », avait indiqué un magistrat, insistant sur le « caractère secret » de l’instruction.

Les quatre hommes sont « entendus sur des présumés détournements d’un million de dollars destiné à l’organisation de quatre matches de football », a déclaré pour sa part à l’AFP Me Alain Makengo, un défenseur des sportifs congolais.

Dans un communiqué, la Ligue nationale de football congolais (Linafoot) a annoncé la suspension de « toutes ses activités jusqu’à nouvel ordre ».

La suspension de la 23e édition du championnat national est faite en « solidarité » avec M. Omari et ses deux vice-présidents, « humiliés et privés injustement de leur liberté », indique ce communiqué signé par le président de la Linafoot, Bosco Mwehu, et son secrétaire, Emmanuel Kande.

Outre ce championnat d’élite, la Ligue de football de Kinshasa a également suspendu ses activités sur toute l’étendue de la capitale, « en guise de soutien et de solidarité » aux dirigeantS placés en garde à vue.

Xavier Gilles CARDOZZO