Zimbabwe: Le chef de l’opposition nomme un remplaçant pour des raisons de...

Zimbabwe: Le chef de l’opposition nomme un remplaçant pour des raisons de santé

SHARE

Harare  (© Afriquinfos 2018)- Nelson Chamisa a été désigné d’assurer les fonctions de chef du Mouvement pour un changement démocratique (MDC) « jusqu’au retour du président »

Morgan Tsvangirai, a chargé un de ses adjoints d’assurer son intérim le temps de son traitement pour un cancer dans un hôpital d’Afrique du Sud, a annoncé mercredi son porte-parole.

L’ex-syndicaliste Nelson Chamisa assurera les fonctions de chef du Mouvement pour un changement démocratique (MDC) « jusqu’au retour du président », a déclaré Luke Tamborinyoka.

Agé de 65 ans, M. Tsvangirai a annoncé il y a deux ans qu’il souffrait d’un cancer du côlon pour lequel il effectue de nombreux séjours médicaux dans des hôpitaux sud-africains.

Mais selon les médias locaux M. Tsvangirai était dans un état de détérioration inquiétante de sa condition.

« Je suis choqué de lire dans la presse que je suis en situation critique », a démenti mardi M. Tsvangirai via Twitter. « Bien sûr j’ai un cancer et je ne me sens pas très bien mais mon état est stationnaire et la maladie sous contrôle. Je récupère ».

Des élections générales sont prévues cette année à une date qui n’a pas encore été précisée.

Au pouvoir depuis la démission forcée de Robert Mugabe en novembre, le nouveau président Emmerson Mnangagwa, investi candidat du parti au pouvoir, la Zanu-PF, fait figure de grand favori pour la présidentielle.

« Je n’ai aucun doute que je vais la remporter haut la main », a-t-il assuré le mois dernier.

  1. Tsvangirai fut pendant de longues années l’adversaire historique de Robert Mugabe.

Le chef du MDC était arrivé en tête du premier tour de la présidentielle de 2008 devant M. Mugabe mais il avait renoncé à se présenter au second tour au terme d’une campagne de violences orchestrée par le pouvoir.

A l’issue de ce scrutin, M. Tsvangirai avait été nommé Premier ministre d’un gouvernement de coalition resté sous le contrôle de M. Mugabe, qui l’avait battu au scrutin de 2013.

V.A.