La CEDEAO impose ses sanctions à la Guinée-Bissau

La CEDEAO impose ses sanctions à la Guinée-Bissau

SHARE

Lomé (© Afriquinfos 2018)-Les sanctions de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, Cedeao contre la Guinée Bissau sont effectives depuis le 4 février dernier. Ces sanctions touchent au total 19 responsables politiques qui constituent une entrave à la résolution de la crise.

Elles (les sanctions) portent notamment sur la suspension de toute participation aux activités de la Cédéao, l’interdiction de voyager et refus de visas à l’encontre des 19 personnes dont, 14 députés ainsi que 5 proches du président José Mario Vaz dont son fils, Emerson Vaz. Enfin il est imposé un gel des avoirs financiers là où ils sont déposés.

En effet, lors d’une énième mission conduite par le président du conseil des ministres de la CEDEAO, le Prof Robert Dussey, en Guinée Bissau, les émissaires de l’organisation sous régionale ont évalué l’effectivité de la mise en œuvre de l’accord de Conakry et de Bissau.

Cet accord prévoyait une procédure consensuelle pour choisir un Premier ministre devant rester en place jusqu’aux élections législatives de 2018.

L’institution a constaté que la désignation, le 30 janvier, d’un nouveau chef de gouvernement ne répond pas aux conditions de l’accord conclu à Conakry en octobre 2016. « En conséquence, ils ont annoncé l’effectivité des   sanctions telles qu’exigées pas le CEDEAO », indique un communiqué.

Toutefois, ces personnes pourraient voir leurs sanctions être retirées contre elles, ceci en fonction de l’évolution des choses.

Il faut rappeler que la Guinée-Bissau traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015, par le président Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira.

Innocente Nice