Afrique du Sud: enfin une commission d’enquête sur la corruption mise en...

Afrique du Sud: enfin une commission d’enquête sur la corruption mise en place

SHARE

Johannesburg (© Afriquinfos 2018)- Contre toute attente, le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé mardi soir la mise en place d’une très attendue commission judiciaire d’enquête sur les graves accusations de corruption à la tête de l’Etat dans lesquelles il est régulièrement cité depuis des mois.

« J’ai décidé de nommer une commission d’enquête », a-t-il annoncé dans un communiqué publié par la présidence de la République.

Réclamée à cor et à cri par ses adversaires depuis des mois, cette décision intervient un an après la publication d’un rapport officiel très compromettant pour le chef de l’Etat, au pouvoir depuis 2009.

Publié fin 2016, ce document a mis en lumière l’implication d’une puissante famille d’hommes d’affaires, les Gupta, dans la gestion des affaires de l’Etat sud-africain, de la nomination de ministres aux pressions pour obtenir des contrats publics.

Jacob Zuma, qui a concédé être un ami de la famille Gupta, a toujours vigoureusement nié les avoir favorisés de quelque manière.

Dans ses conclusions, l’auteur du rapport, l’ex-médiatrice de la République, Thuli Madonsela, réclamait déjà une commission d’enquête.

  1. Zuma avait jusque-là refusé d’obtempérer et avait demandé l’annulation du rapport devant la justice.

Mais le mois dernier, un juge de Pretoria lui a ordonné de créer cette commission dans les 30 jours et même, camouflet personnel, ordonné de payer personnellement les frais engagés par sa plainte.

  1. Zuma a fait appel de la forme de cette décision au nom de la « séparation des pouvoirs » mais a finalement décidé de s’y ranger sur le fond.

« J’ai pris conscience que cette affaire préoccupait l’opinion publique depuis quelques temps et méritait mon urgente attention », a-t-il justifié mardi soir.

Innocente Nice