Home Reste du Monde Vanessa Mendoza, la première afrocolombienne et ex Miss Colombie

Vanessa Mendoza, la première afrocolombienne et ex Miss Colombie

Vanessa Mendoza, la première afrocolombienne et ex Miss Colombie

Bogota (© Afriquinfos 2017)- La seule Miss noire que la Colombie ait jamais eue est devenue un symbole de lutte. Depuis qu’elle a laissé sa couronne, elle a créé une fondation qui porte son nom, par le biais de laquelle elle a réussi à faire que plus de 1500 filles et garçons de plusieurs des régions les plus délaissées du pays aient un accès aux services d’éducation, aux soins de santé et à l’alimentation. À présent, sur proposition de milliers de personnes elle a décidé d’aller au Congrès pour redoubler d’efforts. “Mon rêve est le rêve de nombreuses personnes, et nous ne pouvons pas continuer de rester les bras croisés”, explique l’ex-reine de beauté née dans le Chocó.

Vanessa Mendoza reconnait pouvoir faire mieux. Elle fait grâce à la reconnaissance des gens, après la rupture avec le mythe et après être devenue la première miss noire en Colombie, « je ne pouvais toutefois être étrangère à la réalité de mon pays, à cause de mes origines et mes convictions. Je viens d’une terre pauvre (née à Unguia, une ville de moins d’un millier d’habitants dans le département du Chocó), et j’ai donc décidé que je pouvais faire partie de la solution », a-t-elle-dit.

Depuis plus de 5 ans, la reine de beauté dispose d’une fondation du nom de Vanessa Mendoza, les rêves qui se réalisent (Vanessa Mendoza, sueños que se hacen realidad). Il s’agit d’une organisation à travers laquelle « nous avons réussi à faire que les enfants qui naissent avec des problèmes congénitaux ou qui ont besoin de soins de spécialistes reçoivent des soins médicaux des meilleurs professionnels du pays. Beaucoup de ces enfants sont de Choco ». C’est donc la Fondation qui se charge du transport, du logement et de la nourriture pendant le traitement et ensuite nous rentrons avec leurs familles. Nous disposons également de 32 jardins d’enfants et foyers pour les mères mineures et cheffe de famille. À Bogotá, en 2009, et avec la collaboration de la mairie de la capitale du pays, « nous allons ouvrir un total de 6 jardins où les mères qui travaillent pourront laisser leurs enfants. ».

Innocente Nice