Le Darfour vit un « moment dangereux » après l’arrestation d’un chef de milice

Le Darfour vit un « moment dangereux » après l’arrestation d’un chef de milice

SHARE

Darfour (© Afriquinfos 2017)-L’arrestation du puissant chef de milice Moussa Hilal a permis à Khartoum de renforcer son contrôle sur la région du Darfour, mais elle pourrait donner lieu à de nouvelles violences dans une région déchirée par les conflits depuis plus d’une décennie, estiment experts et diplomates.

  1. Hilal, un ancien allié du président soudanais Omar el-Béchir dans la lutte contre les rebelles au Darfour, a été arrêté la semaine dernière près de Mustariaha, sa ville natale dans l’Etat du Darfour-Nord, après des combats meurtriers.

Le Darfour est en proie depuis 2003 à un conflit entre une minorité ethnique rebelle et le pouvoir central, dominé par les Arabes. Cette guerre a fait plus de 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon l’ONU.

« En arrêtant Moussa Hilal, ils ont monté deux clans arabes du Darfour l’un contre l’autre, estime Magnus Taylor, spécialiste du Soudan à l’International Crisis Group (ICG). C’est un moment dangereux. »

  1. Hilal, influent chef de la branche Mahamid de la tribu arabe Rezeigat, a été arrêté par une unité des Forces de soutien rapide (RSF) conduite par des membres de cette même tribu, la plus importante des tribus arabes du Darfour.

Ces combats au sein des tribus, « c’est seulement un commencement », prévient Ahmed Adam chercheur associé à l’Université de Londres.

« Il n’y a pas de doutes: l’arrestation de Hilal va avoir un impact sur la sécurité et la stabilité du Darfour », ajoute-t-il.

Au cours des premières années du conflit, Moussa Hilal a été à la tête de la milice arabe des Janjawids, dont les tristement célèbres hommes armés montés sur des chevaux avaient pillé des villages et combattu les rebelles.

V.A