Ghana : Quand la vision de Nana Akufo-Addo épouse celle de Emmanuel  Macron

Ghana : Quand la vision de Nana Akufo-Addo épouse celle de Emmanuel  Macron

SHARE

Accra (© Afriquinfos 2017)-Il est vrai que la visite du président français Emmanuel Macron au Ghana est une visite  historique (c’est le premier chef d’Etat français à se rendre dans ce pays), mais cela a permis au monde entier de voir deux chefs d’Etats se vouant un respect mutuel et dont les visions s’épousent parfaitement.

 

On connaissait le franc-parler du président français et celui du ghanéen Nana Akufo-Addo, tous deux arrivés au pouvoir démocratiquement alors que personne ne les attendait au début de leur aventure. Mais personne ne savait que les deux hommes auraient la même vision sur plusieurs sujets, dont celui relatif aux questions de l’immigration et du développement.

Contrairement aux petits couacs et polémiques qui ont émaillés la visite du président français au Burkina Faso, l’étape ghanéenne s’est plutôt bien passée.  L’un des moments les plus importants aura été celui au cours duquel les deux présidents ont donné leur discours de circonstance. Les mots du président ghanéen ont dû fait plaisir à son homologue français.

Pour Nana Akufo-Addo l’Afrique doit faire l’effort de ne plus dépendre  des décisions des contribuables européens” et “sorte d’une mentalité d’assisté, qui mendie l’aide”.

« Nous devons nous développer nous-mêmes. Convaincre la jeunesse que les opportunités sont ici, chez nous. C’est le manque d’opportunités qui pousse les gens à partir. Il y a eu de grandes vagues d’immigrants italiens, irlandais (à travers le monde), aujourd’hui c’est fini. Nous devons convaincre nos jeunes de rester en Afrique…Pour cela il faut changer la mentalité d’assisté. La Corée du Sud, la Malaisie, Singapour, qui ont obtenu leur indépendance en même temps que nous (…), ils font partie des pays riches. Que s’est-il passé pour que nous en soyons là ? Je veux construire un Ghana autosuffisant », a déclaré le président ghanéen.

Et le président français de répondre au président Akufo-Addo : « Si vous aviez besoin de la preuve qu’une nouvelle génération de dirigeants africains qui croit dans une nouvelle histoire pour la jeunesse, vous venez de l’avoir».

T.W.