Le Maroc fortement représenté au Sommet UA-UE

Le Maroc fortement représenté au Sommet UA-UE

SHARE

Abidjan (© Afriquinfos 2017)- Ouverte ce mardi à Abidjan, en Côte d’Ivoire, la réunion ministérielle du 5ème Sommet Union Africaine – Union Européenne et de gouvernement connait une importante participation d’une importante délégation, conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale, M. Nasser Bourita, et comprenant notamment l’Ambassadeur du Maroc auprès du Conseil de l’Union européenne et de la commission européenne, M. Ahmed Reda Chami.

Intervenant à l’ouverture de cette réunion, le ministre ivoirien des Affaires étrangères, M. Marcel Amon Tanoh, a souligné que l’Afrique et l’Europe sont appelées à relever des défis communs, d’ordre sécuritaire, économique et social, notant que la jeunesse, thème principal du 5ème Sommet UA-UE, doit apporter sa contribution à la résolution des défis actuels et émergents.

Abordant la question de la migration, le ministre ivoirien a indiqué que la jeunesse a d’importantes ambitions et c’est, à travers l’éducation, la formation et la création d’emplois qu’on arrivera à mettre ce potentiel humain au service du Continent.

Pour sa part, le Représentant de la Commission de l’Union Africaine, M. Quartey Kwesi a souligné que le présent Sommet représente une opportunité exceptionnelle pour le Continent, appelant au renforcement des relations économiques et du partenariat entre les deux Unions qui entretiennent des relations historiques.

  1. Kwesi, a en outre, affirmé, que l’Union Africaine voudrait saisir cette occasion pour renforcer la résilience politique, l’intégration régionale et le développement économique, soulignant la détermination de l’UA à mettre à profit la proximité géographique et les relations diplomatiques pour relever les défis qui se posent aux deux continents.

Dans son intervention, Mme Federica Mogherini, Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et Vice-présidente de la Commission européenne, a insisté sur la nécessité pour les deux Unions de se réunir régulièrement afin d’assurer un suivi de l’application des décisions prises lors des Sommets des chefs d’Etat et de gouvernement.

«En raison surtout des développements accélérés que connait le monde, des réunions plus régulières et une collaboration plus étroite sont nécessaires», a-t-elle dit, notant que la proximité géographique offre un atout de taille pour relever les défis qui s’imposent, en l’occurrence ceux inhérents à la sécurité et aux questions de la migration, deux préoccupations majeures vis-à-vis desquelles les deux continents ont une responsabilité partagée.

A cet effet, Mme Mogherini a décliné les quatre principaux défis sur lesquels les deux continents doivent se pencher davantage, à savoir les questions de la paix et de la sécurité, du développement économique, des changements climatiques et de la migration et de la mobilité des personnes.

Le ministre guinéen des Affaires étrangères, dont le pays assure la présidence de l’Union Africaine, a de son côté, assuré que cette réunion se tient dans un contexte international marqué par de profondes mutations qui appellent à renforcer davantage les relations et le partenariat stratégiques entre l’Afrique et l’Europe, mettant l’accent sur l’importance des échanges économiques dans la consolidation de la paix et de la sécurité.