Esclavage en Libye: Tripoli ouvre une enquête

Esclavage en Libye: Tripoli ouvre une enquête

SHARE

Tripoli (© Afriquinfos 2017)- Les autorités libyennes ont annoncé une ouverture d’enquête suite au  reportage de CNN montrant des migrants vendus aux enchères.

Ce dimanche, le vice-Premier ministre du gouvernement libyen d’union nationale (GNA), a fait savoir qu’une enquête avait été ouverte sur des cas d’esclavage près de la capitale libyenne dénoncés par un documentaire-choc la semaine dernière de la chaîne américaine CNN.

Dans un communiqué diffusé sur Facebook, Ahmed Metig a exprimé son « mécontentement » après la diffusion d’un documentaire sur « la réapparition du commerce d’esclaves dans la banlieue de Tripoli ». Le ministre « a affirmé qu’il chargera une commission d’enquêter sur ces rapports de presse afin d’appréhender et de soumettre les responsables à la justice », d’après le texte.

Un récent reportage de CNN montrant des migrants vendus aux enchères en Libye, et largement partagé sur les réseaux sociaux, a provoqué une forte émotion, suscitant des réactions indignées en Afrique et à l’ONU.

On y voit notamment, sur une image de mauvaise qualité prise par un téléphone portable, deux jeunes hommes. Le son est celui d’une voix mettant aux enchères « des garçons grands et forts pour le travail de ferme. 400… 700… », avant que la journaliste n’explique : « Ces hommes sont vendus pour 1 200 dinars libyens – 400 dollars chacun. » Un millier de personnes ont manifesté samedi à Paris pour dénoncer cette situation, selon la préfecture de police.

Depuis la chute en 2011 du régime de Muammar Kadhafi, les passeurs, profitant du vide sécuritaire et d’une impunité totale en Libye, font miroiter à des dizaines de milliers de personnes cherchant une vie meilleure un passage vers l’Italie qui se trouve à 300 kilomètres des côtes libyennes. Selon les derniers chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 156 000 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer depuis le 1er janvier (contre près de 341 000 durant la même période en 2016), dont 73 % en Italie. Près de 3 000 sont morts en tentant la traversée.

V.A