Togo : les autorités mettent les investisseurs et les opérateurs économiques en...

Togo : les autorités mettent les investisseurs et les opérateurs économiques en confiance face à la situation politique tendue

SHARE

Lomé (© Afriquinfos 2017)- Le gouvernement togolais prends des mesures pour rassurer les investisseurs de tous horizons et les opérateurs économiques.

Lors d’une réunion du Comité de concertation entre l’Etat et le secteur privé tenue ce mardi 14 novembre 2017, l’exécutif togolais faisant le constat selon lequel la situation politique est loin de favoriser une bonne marche des activités, a rassuré le secteur privé, cheville ouvrière d’une croissance économique dont les prévisions ont été révisées à la baisse.

« Présidée par le Premier ministre lui-même (Komi Selom Klassou, ndlr), la réunion du comité de concertation entre l’Etat et le secteur privé avait pour objet de discuter avec les acteurs du secteur privé et de les rassurer par rapport aux mesures prises par le Gouvernement, aussi bien, dans la loi de finances rectificative exercice 2017 que dans la loi de finances exercice 2018 en vue de favoriser davantage l’investissement, susciter la consommation et donc stimuler la croissance », précise le compte rendu du Conseil des ministre de ce mercredi 15 novembre qui revient sur le sujet.

« Il faut noter que cette rencontre qui a aussi pour objectif essentiel de prêter oreille attentive aux préoccupations des acteurs du secteur privé a permis à ces derniers d’évoquer, avec amertume, les conséquences négatives des manifestations de rues sur le bon déroulement de leurs activités », ajoute le document. Première du genre sur demande du chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, la rencontre a permis d’informer le secteur privé sur les mesures politiques envisagées afin de régler rapidement la crise que traverse le Togo.

Parmi des mesures prises par l’exécutif togolais, le Conseil des ministre rapporte que les autorités travaillent actuellement sur un plan d’action d’urgence et un plan à moyen et à long termes pour soutenir davantage ce secteur privé en s’appuyant sur l’opérationnalisation de l’Agence nationale de la promotion des investissements et de la Zone Franche (API-ZF).

Aussi, lors de la précédente session du Conseil, celle du 8 novembre, il avait été adopté, un programme budgétaire et un projet de loi des finances exercice 2018 tenant compte de la situation politique. Selon Komi Sélom Klassou, il s’est agi de dispositions « en faveur du secteur privé de même que les mesures politiques envisagées par le gouvernement pour trouver une solution viable, et ce, dans un cadre apaisé, à la crise actuelle ».

La crise sociopolitique au Togo déclenchée depuis le 19 août 2017 continue toujours. Le parti d’opposition était encore dans les rues de Lomé ce jeudi pour trois jours de marche.

I.N