Une nouvelle version du « Notre Père » rentre en vigueur en...

Une nouvelle version du « Notre Père » rentre en vigueur en Côte d’Ivoire

SHARE
© AFP/Archives Gabriel Bouys. Le pape François sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le 2 avril 2014."/>

Abidjan  (© Afriquinfos 2017)-Le 5 octobre, les évêques catholiques de Côte d’Ivoire ont publié un communiqué annonçant l’entrée en vigueur de la nouvelle traduction de la prière du « Notre Père »

Le président de la commission épiscopale ivoirienne chargée de la liturgie, Mgr Jean Salomon Lezoutié, a annoncé, le 5 octobre, au nom de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire (CECCI), que la prière du Notre Père sera récitée d’une manière différente par les Ivoiriens à partir du 3 décembre 2017.

La sixième demande de cette prière « Ne nous soumet pas à la tentation » – a été modifiée. Les catholiques ivoiriens diront, désormais, « ne nous laisse pas entrer en tentation ».

La version actuelle du Pater Noster date de 1966. Elle avait été adoptée le 4 janvier de cette année-là dans une perspective d’union entre catholiques, orthodoxes et réformés. Avant cette date, le Pater disait en son sixième verset, « ne nous laisse pas succomber à la tentation ».

« Ne nous laisse pas entrer en tentation »

Expliquant la raison du changement dans cette prière catholique, les évêques ivoiriens précisent : « en grec le verbe « eisphérô » (mat 6,13) qui signifie littéralement « porter dans », « faire entrer dans », aurait dû être traduit par « ne nous induit pas en tentation » ou « ne nous fait pas entrer (dans la) tentation » ou encore « ne nous introduit pas en tentation ».

C’est à partir de 1969, que la version du Pater de 1966 commence à susciter des interrogations. En France, le père Jean Carmignac, dans une thèse intitulée « Recherches sur le Notre Père », émet des réserves concernant la traduction de la sixième supplique de cette prière chrétienne. A ses yeux, la formule « ne nous soumet pas à la tentation » peut induire en erreur car « soumettre » quelqu’un à la tentation revient à l’« y faire succomber ». Il propose plutôt la traduction, « fais que nous n’entrions pas en tentation ». À sa suite d’autres théologiens et philologues réfléchiront à une meilleure traduction de la supplique controversée.

La nouvelle traduction du Pater est déjà effective au Bénin. Elle intervient dans le cadre de la nouvelle traduction intégrale en français de la Bible liturgique validée par le Vatican en 2013.

En Côte d’Ivoire, vendredi 10 novembre, le communiqué officiel portant sur cette nouvelle traduction du Pater Noster a été largement relayé vendredi 10 novembre 2017.