Foot/5è qualification du Maroc à un Mondial, sans concéder le moindre but...

Foot/5è qualification du Maroc à un Mondial, sans concéder le moindre but en éliminatoires!!

SHARE

ABIDJAN (© 2017 Afriquinfos) – Un solide et réaliste Maroc décroche sa 5ème participation à une Coupe du monde devant la Côte d’Ivoire, en réalisant l’exploit historique de n’encaisser aucun but durant tout son parcours durant les éliminatoires du Mondial 2018 dans le groupe C.

 

 

La défense expérimentale de la Selephanto face aux Lions de l’Atlas ne sera pas la plus lumineuse inspiration de Marc Wilmots en cette année 2017, et même durant sa carrière d’entraîneur. Face à un Maroc à la fois bien assis tactiquement, colosse, expérimenté et astucieux en défense, les Ivoiriens n’ont pas su capitaliser sur les seuls atouts qu’ils avaient dans ce match : la vitesse de Gervinho, la précision de Doumbia, et la technique hors-pair de dribble de Wilfried Zaha.

Summum et témoin de l’incapacité notoire des Ivoiriens à se créer les bonnes occasions durant ce match capital, la 1ère action construite et débouchant sur un coup d’éclat de la Côte d’Ivoire n’est intervenue qu’à la 86è minute ; Seydou Doumbia place un joli mais non appuyé coup de tête sur un centre ! Les joueurs d’Hervé Renard réalisent l’exploit de n’encaisser le moindre but durant les qualificatifs d’un Mondial, dans un groupe qui était composé également du Gabon et du Mali. Une prouesse qui dépeint à elle seule la solidité tactique de l’équipe marocaine en plein renouveau sportif….

L’essentiel

Nabil Dirar à la 24è minute sur un centre anodin (destiné en réalité à Boutaïb) et Mehdi Benatia à la 29è minute (sur un corner, oublié étrangement par le novice Jean-Philippe Gbamin) ont opposé à ces immenses errements des Ivoiriens un réalisme digne d’une équipe marocaine sûre de son objectif : la qualification ! Sanction nette des Lions d’Atlas ; sur le 1er but, Sylvain Gbohouo, portier ivoirien, n’est pas exempt de tout reproche. A sa décharge, une défense centrale composée de joueurs qui totalisent seulement 15 titularisations en équipe nationale !

Pourtant, après une entame de match sans round d’observation des Marocains, ce sont plutôt les Ivoiriens qui vont s’offrir une kyrielle d’occasions décisives aux 7è, 17è, 20è, et 22è minutes, sur des balles arrêtées ou via de rapides combinaisons. Occasions ponctuées de gâchis.

 

Inefficacité : comportement des Ivoiriens en seconde mi-temps!

 

Après les citrons, on s’attendait à voir une équipe ivoirienne plus conquérante. Loin s’en faut ; non seulement, on n’aura jamais vu à l’œuvre une hargne atypique de vaincre (des Champions d’Afrique 2015) emmenée par un métronome digne de ce nom, ou encore un astucieux repositionnement tactique de Wilmots. Les Marocains repartiront de ce fait à l’abordage dès la reprise, à la 46è minute. Serges Aurier évite un drame national aux siens en sauvant in extremis un but, suite à une rapide combinaison de l’attaque marocaine conclue par Boussoufa. S. Gbohouo en fera de même à la 68ème minute, sur une sortie décisive. Un rachat déguisé du 1er but qu’il a encaissé.

L’entrée en jeu de Maxwell Cornet à la 61ème minute chez les Eléphants ne tonifie pas l’attaque des siens. Cette entrée du joueur lyonnais des Eléphants aura tout juste précédé de deux minutes une nouvelle occasion franche de l’attaque marocaine ; suite à 3 passes éclair mal conclues malheureusement par le technicien et star Hakim Ziyech. C’est plutôt le latéral Serges Aurier, à la 64è minute qui s’offre la plus belle occasion ivoirienne en seconde partie, sans trouver le chemin des filets, alors qu’il était libre de tout marquage.

Le duo Zaha-Aurier (les meilleurs Ivoiriens de la soirée) remettra le pied sur l’accélérateur à la 66è minute suite à une excellente et rapide combinaison, mais pêche à nouveau dans la conclusion. Rentré à la 75è minute en héritant du brassard de capitaine à la place de Gervinho, Salomon Kalou n’aura apporté la moindre plus-value à ses coéquipiers, alors même qu’avec Doumbia et Gervinho, ils symbolisaient la soupape de secours, le creuset des attaquants les plus expérimentés de cette sélection qui devrait subir une profonde cure durant les mois à venir. Ce match a aussi connu la 1ère apparition sous les couleurs des Lions de l’Atlas de Ben Charki, feu follet du club WAC de Casablanca, vainqueur de la Ligue africaine des Champions 2017.

Le Maroc avait entamé ces éliminatoires de la Coupe du monde 2018 en enregistrant un maigre bilan de deux matches nuls en autant de sorties. La Côte d’Ivoire n’a récolté qu’un point durant ses 3 dernières rencontres dans cette poule C, alors qu’elle totalisait 7 points en 3 sorties, en début d’éliminatoires !!!

 

Par Samir GEORGES