Cameroun: des leaders sécessionnistes sous le coup de mandats d’arrêts internationaux

Cameroun: des leaders sécessionnistes sous le coup de mandats d’arrêts internationaux

SHARE

Douala (© Afriquinfos 2017)-Le chef de file des mouvements sécessionnistes Ayuk Tabe et quelques figures de la lutte pour l’indépendance de la zone anglophone du Cameroun sont actuellement visés par des mandats d’arrêts internationaux lancés par le pouvoir central camerounais.

 

Partout où on les trouvera, que ce soit au Cameroun, en Afrique ou en Europe, ces leaders du mouvement séparatiste seront arrêtés et rapatriés au Cameroun où ils seront  jugés. Pour le gouvernement, ils sont responsables des violences du 1er octobre 2017, date de proclamation symbolique d’indépendance de la partie anglophone du pays.

« Plusieurs leaders sécessionnistes sont sous le coup des mandats d’arrêts internationaux…Les chancelleries européennes et américaines ont été mises à contribution pour rendre effective, l’exécution desdits mandats d’arrêts », publie le site d’information koaci.com à ce sujet.

 

Un an que la crise perdure

C’est depuis octobre 2016, – donc un an – que la minorité anglophone, qui représente environ 20 % des 22 millions de Camerounais, répartie dans deux régions sur les dix que compte le pays, proteste contre ce qu’elle appelle sa « marginalisation » dans la société.

Outre les séparatistes qui réclament la proclamation d’un nouvel État l' »Ambazonie », des anglophones exigent le retour au fédéralisme qui a prévalu dans le pays entre 1961 et 1972, avec deux États au sein d’une même République.

Alors que l’exécutif oppose une fin de non-recevoir à ces deux revendications, le climat s’est tendu depuis avec des manifestations toutes azimutes violemment réprimées par les forces de l’ordre.

Boniface.A.