Afrique centrale : Un réseau des femmes des médias pour la paix...

Afrique centrale : Un réseau des femmes des médias pour la paix et la sécurité voit le jour

SHARE
© APO. Son Excellence Mme Olufunso Amosun, Première Dame de l’Etat de Ogun, Nigeria, durant l’édition 2013 du Forum mondial sur l’avancement des femmes"/>

(© Afriquinfos 2017)-Sous les auspices du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et la plateforme des Femmes éditrices pour la paix et la sécurité en Afrique centrale (FEPPSAC) viennent de créer un réseau régional des femmes des médias pour la paix et la sécurité en Afrique centrale.

Cette initiative, qui a vu le jour lors d’un atelier organisé du 29 au 31 août 2017 à Yaoundé au Cameroun, reste ouverte à toutes les autres plateformes, associations professionnelles ou journalistes adhérant aux valeurs et à la vision du réseau.

L’un des enjeux de ce réseau est de disposer d’un regroupement efficace composé de femmes de médias, pouvant non seulement contribuer à l’animation des différents supports de communication du réseau, mais aussi de promouvoir, dans leurs organes de presse respectifs, la participation des femmes dans la recherche et la consolidation de la paix. Il en est de même en ce qui concerne l’implication systématique des femmes dans tous les processus de négociation et médiation.

Au-delà de la nécessité d’intensifier le plaidoyer en faveur de la mise en œuvre effective de cette résolution, les participantes ont mis en lumière les outils et les bonnes pratiques en matière de communication, d’information et de sensibilisation dans ce domaine.

Le plan d’action de ce réseau prévoit prioritairement : le lancement d’un magazine semestriel et d’un site internet, ainsi que le développement d’un programme de renforcement des capacités en font partie.

Une équipe provisoire de coordination pilotée par Melissa Bendome (Gabon) a été mise en place. Neuf autres pays de l’Afrique centrale étaient représentés à cet atelier de Yaoundé. Il s’agit de l’Angola, du Burundi, du Cameroun, de la RCA, du Congo, de la RDC, de la Guinée équatoriale, du Rwanda et du Tchad.

V.A