Lutte contre le terrorisme : Londres offre 200 millions de livres au...

Lutte contre le terrorisme : Londres offre 200 millions de livres au Nigeria

SHARE

Londres (© Afriquinfos 2017)- En vue d’aider le Nigeria à lutter contre le groupe jihadiste Boko Haram, la Grande-Bretagne a accordé une aide de 200 millions de livres (220 millions d’euros) sur cinq ans à ce pays d’Afrique de l’ouest. L’information a été officialisée à Londres ce mercredi par le ministère britannique des Affaires étrangères Boris Johnson.

Ce soutien financier intervient au moment où le ministre Johnson, effectue une tournée en Afrique afin de renforcer les liens politiques et commerciaux de la Grande-Bretagne avec ce continent.

Boris Johnson s’est notamment rendu à Maiduguri, la capitale de l’Etat nigérian de Borno, épicentre des violences de Boko Haram. Sur place, il a rencontré des acteurs de la lutte contre le groupe jihadiste.

« A Maiduguri, j’ai rencontré des victimes de la violence de Boko Haram, notamment des personnes blessées par des bombes ou des balles. J’ai également vu des personnes contraintes de fuir leurs foyers en raison de la violence et de la pauvreté », a déclaré le ministre britannique dans un communiqué.

Le groupe jihadiste utilise de plus en plus d’enfants, en majorité des filles, comme « bombes humaines » dans cette région du nord-est du Nigeria.

La rébellion de Boko Haram, qui dure depuis huit ans, a provoqué la mort de quelque 20.000 personnes, le déplacement de 2,6 millions habitants ainsi qu’une terrible crise humanitaire dans cette région.

Ces 200 millions de livres sont destinés à fournir une aide alimentaire à quelque 1,5 million de personnes menacées de famine en raison de cette sanglante rébellion. Cette somme doit également permettre le financement de traitements pour 120,000 enfants risquant la malnutrition et contribuer à soutenir 100.000 enfants ayant des besoins sur le plan éducatif.

Les forcée armées britanniques continueront également à former les forces de sécurité d’Abuja à la lutte contre l’insurrection, une formation qu’elles ont déjà dispensée à quelque 28.500 Nigérians.

V.A