Rwanda : Paul Kagame réélu président pour un mandat de sept ans

Rwanda : Paul Kagame réélu président pour un mandat de sept ans

SHARE

Kigali (© Afriquinfos 2017)-Au Rwanda, Paul Kagame, e chef de l’État sortant vient d’être réélu pour un nouveau mandat. Celui qui dirige le Rwanda d’une main de fer depuis 23 ans, a obtenu une victoire écrasante à l’élection présidentielle, en étant réélu avec plus de 98% des voix, selon des résultats partiels divulgués samedi 5 août.

La Commission électorale (NEC) a publié dans la nuit des résultats portant sur 80% des bulletins dépouillés, qui donnent Paul Kagame très largement en tête avec 98,66% des suffrages exprimés, ses deux adversaires recueillant chacun moins de 1%.

La NEC estime que 97% des 6,9 millions d’électeurs inscrits ont voté. Selon ces résultats partiels, l’indépendant Philippe Mpayimana obtient 0,72% des suffrages exprimés, et Frank Habineza, leader du Parti démocratique vert, le seul parti d’opposition au Rwanda, recueille 0,45% des voix.

Une victoire d’avance ?

Avant même le scrutin, une large victoire de Paul Kagame, 59 ans, un visionnaire pour les uns, un despote pour les autres, qui briguait un troisième mandat de sept ans, était attendue. Ses deux adversaires étaient passés quasiment inaperçus dans une campagne phagocytée par le Front patriotique rwandais (FPR), parti contrôlant toutes les sphères de la société de ce petit pays de la région des Grands Lacs.

Conscient de n’avoir quasiment aucune chance de l’emporter, Frank Habineza s’était cependant réjoui que pour « la première fois depuis 23 ans un parti d’opposition se trouve sur les bulletins de vote ». Dans le Rwanda post-génocide, seuls des candidats indépendants ou alliés à Paul Kagame avaient jusque-là pu se présenter à l’élection présidentielle.

La victoire de président sortant ne semblait faire aucun doute depuis le plébiscite par référendum en décembre 2015 – 98% des voix– d’une modification de la Constitution, critiquée par les observateurs, lui permettant de briguer un nouveau mandat de 7 ans et potentiellement de diriger le pays jusqu’en 2034.

Vignikpo Akpéné