Violences au Kasaï en RDC: Washington accuse le Conseil des droits de...

Violences au Kasaï en RDC: Washington accuse le Conseil des droits de l’Homme de passivité

SHARE

Washington (© Afriquinfos 2017)- Dans une note, Nikki Haley la représentante américaine à l’ONU, accuse le conseil des droits de l’homme de passivité sur le dossier des violences commises dans la province du Kasaï en RDC. Elle assure par ailleurs avoir reçu des rapports faisant état d’exécutions sommaires et de viols de masse et demande une enquête internationale pour une nouvelle fois.

L’ambassadrice américaine Nikki Haley affirme être en possession de nouveaux rapports très critique faisant état d’une active campagne de meurtres et de viols de masse contre des femmes et des enfants commis par les forces armées congolaises dans la région centrale du Kasaï.

Elle demande une nouvelle fois qu’une enquête indépendante soit effectuée sur les atrocités commises dans cette région.

Par le passé, Nikki Haley s’était déjà ouvertement interrogée sur la pertinence du Conseil des droits de l’homme qu’elle juge inefficace « S’il ne se penche pas sur les faits aussi horribles que ceux qui se produisent dans les Kasaï, a quoi sert-il donc ? », écrit-elle.

Le Conseil des droits de l’Homme devrait se pencher sur la mise en place de cette enquête internationale au début de cette semaine. A condition que ses 47 Etats membres arrivent à se mettre d’accord, ce qui est loin d’être acquis entre le groupe des Africains qui souhaitent une simple condamnation et une assistance logistique aux autorités congolaises pour leur enquête et les Européens qui adoptent une posture de fermeté et qui exigent une enquête internationale.

V.A