Médiation en Gambie: Le Maroc prépare son retour à l’UA par un...

Médiation en Gambie: Le Maroc prépare son retour à l’UA par un coup d’éclat diplomatique

SHARE

BANJUL (© 2017 Afriquinfos) – Après l’échec de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour convaincre Yahya Jammeh de quitter le pouvoir, le Royaume chérifien tente une médiation de la dernière chance. Nasser Bourita, le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères est en Gambie depuis plusieurs jours, en toute discrétion. Le Maroc serait prêt à recevoir  le chef de l’Etat gambien Jammeh, à condition qu’il reconnaisse les résultats des élections de début décembre 2016.

 

C’est une nouvelle chance que se donnent les chefs d’Etat africains impliqués dans la résolution pacifique de sortie de crise en Gambie.  Et pour ce faire, ils comptent sur les bonnes relations qu’entretiennent le Maroc et la Gambie afin de convaincre Yahya Jammeh à céder le pouvoir.  Et cela semble se jouer sur les excellentes relations diplomatiques qu’entretiennent  historiquement les deux pays.

Récemment, Yahya  Jammeh a soutenu le Maroc en signant le document demandant à l’Union africaine d’annuler l’adhésion du Sahara occidental à l’organisation continentale. Le Roi Mohammed VI aussi de son côté, avait déjà visité la Gambie (2 millions d’habitants) en 2006. Aussi, ces bonnes relations sont-elles, non seulement anciennes, mais aussi remontent même au temps d’Hassan II, le père de l’actuel souverain chérifien. A travers cette médiation, beaucoup espèrent la fin de l’impasse politique avant le 19 janvier en Gambie.

Cette activité diplomatique qui apparaît comme une mission de la dernière chance pour sauver la Gambie repose sur les épaules de Nasser Bourita. Selon certaines sources, il est accompagné du Chef des services secrets marocains. Ils feront tout leur possible afin que Yahya Jammeh au pouvoir depuis 1994 se résolve à quitter la Présidence.

S’ils parviennent à réussir, ce sera un coup diplomatique et politique d’éclat pour le Maroc qui  engrange ces dernières années  des succès  diplomatiques économiques en Afrique sub-saharienne. Une donne qui devrait aider le Royaume chérifien à faire un retour (la dernière présence marocaine à l’Union africaine remonte à 1984) hyper remarqué au sein de l’Organisation panafricaine, à la faveur de la prochaine Conférence des Chefs d’Etat de l’UA prévue les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba (Ethiopie).

Cependant, Yahya Jammeh joue au chrono en s’appuyant sur son recours introduit devant la Cour constitutionnelle de son pays. Ce lundi, son président, Emmanuel Fagbenle s’est récusé. Par ailleurs, la Cour suprême n’est pas en mesure de se prononcer sur les autres recours déposés par le camp Yahya Jammeh avant le mois de mai 2017. Yahya Jammeh aurait fait une injonction à la Cour suprême d’interdire à toute personne jouissant du pouvoir judiciaire de permettre au président élu, Adama Barrow, de prêter serment. Ce dernier séjourne actuellement au Sénégal avant son investiture programmé sur le 19 janvier prochain.

Selon une source diplomatique, la CEDEAO continue à privilégier la voie du dialogue. Selon cette source, Ellen Johnson-Sirleaf, la présidente du Liberia, aurait demandé à ses homologues  ouest-africains d’activer toutes leurs ressources pour discuter encore une dernière fois avec Yahya Jammeh…

 

Anani  GALLEY