Tanzanie: Interdiction des lubrifiants pour lutter contre l’homosexualité

Tanzanie: Interdiction des lubrifiants pour lutter contre l’homosexualité

SHARE

La ministre de la Santé, du développement des communautés, du genre, des personnes âgées et des enfants, Ummy Mwalimu, a justifié cette interdiction en affirmant que la vente et parfois la distribution gratuite de ces gels lubrifiants encourageaient les rapports homosexuels, interdits dans ce pays d’Afrique de l’Est: «Il est exact que le Gouvernement a interdit l’importation et l’utilisation du gel, pour enrayer la progression du VIH». Selon Ummy Mwalimu, une telle décision devrait réduire la proportion du VIH/Sida dans la communauté des hommes ayant des rapports avec d’autres hommes. A ce jour, cette proportion est estimée à 23%.

Si pendant bien des années, la répression n’a été contenue que dans les textes, depuis quelque temps, des actions sont entreprises. A Dar es-Salaam par exemple, le nouveau Commissaire général a lancé ce mois une campagne dirigée contre les homosexuels, conduisant à des arrestations dans plusieurs discothèques de la ville, et incitant plusieurs militants à fermer leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Plusieurs sources policières ont confirmé à l’AFP, sous couvert d’anonymat, les récentes arrestations, précisant que les suspects devraient subir un examen anal censé confirmé leur homosexualité. Une chaîne locale a par ailleurs été contrainte par l’Autorité de régulation des communications en Tanzanie (TCRA) de faire des excuses publiques cinq jours de suite, pour avoir diffusé sur ses antennes le témoignage d’un jeune de 28 ans qui parlait de son homosexualité.

En Tanzanie, le Code pénal rend illégales les relations homosexuelles entre hommes et les punit d’une peine d’emprisonnement à vie. Cependant, le texte ne fait pas cas des relations sexuelles entre femmes.

Bella EDITH