Diplomatie : Vers un réchauffement des relations entre Washington et Mogadiscio

Diplomatie : Vers un réchauffement des relations entre Washington et Mogadiscio

SHARE

Pour l’administration fédérale américaine, cette décision traduit non seulement «l’approfondissement de la relation entre les Etats-Unis », mais aussi «des progrès du peuple somalien pour se sortir de décennies de conflits ». Il faut préciser que cette levée d’ « embargo diplomatique » était murie par les autorités américaines depuis le mois de juin dernier. Et comme signe de réchauffement des liens, le président somalien Hassan Cheik a été reçu à la Maison Blanche par Barrack Obama en 2013.

Si Washington se félicite des progrès réalisés par les autorités somaliennes, il reste cependant circonspect. L’administration Obama va procéder progressivement. Katherine S. Dhanani va gérer les affaires depuis l’ambassade américaine de Nairobi. Selon le département d’Etat américain, Washington  a  hâte d’accroître sa présence « diplomatique en Somalie jusqu’à ouvrir une ambassade à Mogadiscio, si les conditions de sécurité le permettent ».

Depuis la chute du président Siad Barre en 1991, la Somalie a basculé dans la guerre civile. Le pays est menacé par des milices de chefs de guerre,  les gangs criminels, les  groupes islamistes dont les plus redoutables sont les Shebabs l’une des poches d’Al-Qaida dans le pays.

Le président Hassan Cheik à la tête du pays est décrié par ses partisans qui lui contestent sa main molle. Depuis 40 ans les élections multi-partites au suffrage universel n’ont jamais eu lieu. Elles se dérouleront en 2016.

 Anani  GALLEY