Djibouti intercepte 67 migrants clandestins

Djibouti intercepte 67 migrants clandestins

SHARE

Ces migrants clandestins, tous originaires de l'Ethiopie, et dont plus d'une vingtaine seraient des femmes, ont été interpellés au cours d'une opération de contrôle routière sur la route de l' Unité reliant la capitale djiboutienne aux deux principales villes du nord de ce pays.

La gendarmerie djiboutienne a accordé une assistance humaine à ces Ethiopiens, avant de refouler vers leur pays d'origine via la frontière terrestre djibouto-éthiopienne.

Les passeurs, arrêtés au cours de cette opération, ont été remis à la justice djiboutienne.

Depuis le 24 mai dernier, Djibouti a interpellé 235 migrants clandestins, un record selon les autorités djiboutiennes.

Attirées par la promesse d'une vie meilleure dans la péninsule arabique, de plus en plus de personnes issues de la région de la Corne de l'Afrique, notamment l'Ethiopie et la Somalie, traversent les frontières djiboutiennes comme migrants en situation irrégulière.

Les statistiques indiquent qu'environ 75 à 80% des migrants qui arrivent chaque année au Yémen passent par Djibouti dans des conditions désastreuses et posent des défis humanitaires pour les autorités et les communautés locales.

Face à cette situation, l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a ouvert en 2011 un Centre d' Orientation et d'Accueil des Migrants (COAM) dans la ville d'Obock, situé au nord de Djibouti, pour sensibiliser les migrants sur les risques et dangers liés à la migration irrégulière, notamment les risques d'abus et de traite des êtres humains, et les informer sur les systèmes de référencement mis en place dans le pays pour les assister en cas d'abus, les risques liés à la traversée de la mer, les difficultés sur le passage au Yémen, difficultés en traversant l'Arabie saoudite.