Accueil Afrique de l'Est Djibouti Djibouti : Vers un programme d’électrification rurale par énergie solaire

Djibouti : Vers un programme d’électrification rurale par énergie solaire

Djibouti : Vers un programme d’électrification rurale par énergie solaire

"L'électrification rurale est un sujet de préoccupation nationale et un objectif essentiel du gouvernement de Djibouti qui souhaiterait aider le plus grand nombre de foyers à accéder à l' électricité en zone urbaine comme en zone rurale", a-t-il dit.

Selon lui, l'accès à l'électricité va changer radicalement la vie des habitants dans les villages isolés ainsi que leurs perspectives d'avenir, et demeure un élément déterminant au développement des activités génératrices de revenus qui permettrait aux villages de devenir de véritables alternatives à la ville.

Il a indiqué par ailleurs que les énergies renouvelables telles que l'énergie solaire sont particulièrement abondantes à Djibouti, mais restent toutefois largement inexploitées.

"A l'heure actuelle, le gouvernement est en train de déployer tous les efforts requis pour changer cette donne et permettre à la population djiboutienne de profiter des richesses naturelles du pays, grâce à des investissements faits en partenariats publics et privés", a-t-il fait savoir.

M. Doualeh a également annoncé que la validation d'une étude sur le plan de mise en oeuvre d'un programme d'électrification rurale par énergie solaire était en cours.

Cette étude, a-t-il dit, représente un travail de longue haleine qui s'est fait en partenariat entre le ministère de l' Energie, l'Agence Djiboutienne de Développement Social (ADDS), le Centre d'Etude et de Recherche de Djibouti (CERD) et l'Electricité de Djibouti (EDD).

"L'étude va identifier les meilleures options d' électrifications possibles pour une sélection de villages répartis dans les différentes zones géographiques du pays et développe un programme d'électrification rurale qui permet d'optimiser les coûts d'investissements, de gestion et de maintenance grâce à une standardisation des spécifications des équipements techniques requis au développement de mini-réseaux", a-t-il expliqué.

Selon lui, grâce à cette standardisation, ce programme d' électrification rurale pourra être exécuté village après village, sans remettre en cause sa cohérence globale, au fur et à mesure que le gouvernement parvient à mobiliser les financements requis.

"Cette standardisation et le respect de ces spécification sont importants pour que tous les projets du programme puissent se développer en parfaite cohérence et qu'une mutualisation des coûts de fonctionnement puisse se faire à l'échelle du pays", a précisé le secrétaire général du ministère djiboutien de l'Energie.

M. Doualeh a rappelé que dans la quête d'une indépendance énergétique basée sur les énergies renouvelles, Djibouti s'apprête à appréhender le développement du solaire en tenant surtout compte de l'évolution des autres projets énergétiques et plus particulièrement de la géothermie qui est la priorité numéro un du gouvernement djiboutien.

A l'entendre, les perspectives du ministère djiboutien de l' Energie concernant cette source solaire demeurent en premier lieu de répondre à la demande énergétique tout en réduisant le coût de l'Energie, et surtout de faciliter l'accès à l'électricité des populations les plus démunies, aussi bien en milieu urbain qu'en rural, en choisissant minutieusement l'énergie adéquate pour chaque village.

"Nous comptons mettre en place une planification énergétique réfléchie qui définisse une stratégie pour le secteur de l' électrification rurale. Cela en raison des projets de grandes envergures à cours terme pour lesquels le gouvernement s'est engagé comme la deuxième ligne d'interconnexion, les premiers puits de la géothermie, les parcs éoliens, les lignes de chemin de fer", a-t-il dit.

Selon lui, il serait regrettable de s'investir aujourd'hui sur le solaire alors qu'on sait pertinemment que dans 4 ou 5 ans une ligne de haute tension passera à coté de ces villages.

"Il est donc plus raisonnable de sélectionner, en fonction des lignes électriques futures, les villages qui resteront enclavés pour leur installer l'énergie solaire. Toutefois on ne peut négliger cette énergie abondante, en attendant tous ces projets, mais au contraire on l'appréhendera plus activement et différemment", a-t-il fait savoir.

M. Doualeh a ajouté que Djibouti a déjà finalisé avec ses partenaires privés plusieurs projets en ce sens dont notamment un projet éolien de 60 MW financé par le Qatar, un projet solaire d' une capacité de production de 50 MW financé par des privés espagnols et nord américains ainsi qu'un troisième projet de 10 MW qui est un don de l'Emirat Arabe Unis dans le cadre du programme Masdar City, et la deuxième ligne d'interconnexion électrique avec l'Ethiopie serait également sur la bonne voie.

Avec un ensoleillement journalier moyen de 5,5 kWh/m² et 3.240 heures d'ensoleillement annuel moyen, Djibouti est l'un des pays les plus ensoleillés au monde. Le pays qui utilise actuellement 65% d'énergie hydroélectrique en provenance de la ligne d' interconnexion électrique avec l'Ethiopie voisine ambitionne également de devenir à l'horizon 2020, la première nation africaine à utiliser 100% d'énergie verte qui sera basée sur le développement de son potentiel géothermique estimé à 1000 MW.