Les éléments du M23 ne peuvent pas rester indéfiniment en Ouganda, dit...

Les éléments du M23 ne peuvent pas rester indéfiniment en Ouganda, dit un officiel de l’UA

SHARE

Au cours d'une conférence de presse, l'envoyé spécial de la présidente de la Commission de l'Union Africaine dans la Région des Grands Lacs et au Burundi, Boubacar Diarra, a exprimé le voeu de voir la signature d'un accord de fin de la guerre entre le gouvernement de la RDC et le M23 pour que ces ex-rebelles congolais puissent rentrer dans leur pays.

"Nous sommes confiants mais aussi espérons que l'accord sera conclu, quelle que soit la dénomination qu'on donnera à ce document (…) et que les obligations qui auront été conclues seront mises en application car les 1.700 éléments du M23 ne peuvent pas rester indéfiniment en Ouganda", a -t-il indiqué.

Il a souligné que la défaite du mouvement M23 "ne signifie pas automatiquement la paix et la sécurité en RDC et dans la sous- région".

M. Diarra a déclaré par ailleurs qu'il ne faut pas se bloquer sur cette seule question du M23, qu'il faudra aussi se focaliser sur les causes profondes des conflits qui sévissent en RDC et sur les questions collatérales, comme celle des réfugiés congolais éparpillés dans beaucoup de pays de la région et celle de l' exploitation illicite des ressources naturelles et minières.

Kinshasa et le M23 n'ont pas pu signer le document final de fin de la guerre le 13 novembre à Kampala, le gouvernement congolais exigeant qu'il ne peut apposer sa signature sur un document qui porte la mention "accord".