Congo-Banque mondiale : Des progrès significatifs de la coopération exercice 2009-2012

Congo-Banque mondiale : Des progrès significatifs de la coopération exercice 2009-2012

SHARE

Mme Dossou Kouamé a traduit cette évolution positive au ministre d'Etat congolais, en charge de l'économie, du plan, de l'aménagement du territoire et de l'intégration, Pierre Moussa, à qui elle a fait le point de cette coopération.

A cet effet, elle a exprimé la volonté de son institution financière de soutenir le Congo qui présente un environnement macroéconomique favorable, à devenir un pays émergent.

"La Banque mondiale aide le Congo à mieux utiliser les ressources nationales pour le développement du secteur privé, la création d'emplois, l'amélioration des indices du développement humain (IDH) et la réduction de la pauvreté", a-t-elle indiqué.

Elle a fait savoir que la Banque mondiale dans sa nouvelle stratégie d'assistance et de partenariat avec le Congo, allant de juillet 2012 à 2015, relève de nombreux atouts, des potentialités énormes, des ressources naturelles abondantes et un positionnement géographique favorable pouvant ouvrir ce pays aux autres.

La stratégie de la banque étant en harmonie avec le Document de stratégie pour la croissance, l'emploi et la réduction de la pauvreté (DSCERP) 2012-2016, l'institution va appuyer, durant cette période, le Congo dans l'amélioration du climat des affaires. Elle va également encourager l'exigence et le développement du secteur privé en mettant l'accent sur les pôles de croissance comme que le Chemin de fer Congo-Océan (CFCO), épine dorsale de l'économie congolaise à Pointe-Noire et le port de Brazzaville.

Dans le domaine de l'agriculture, a-t-on appris à cette occasion, la Banque mondiale va mettre l'accent, entre autres, sur la compétitivité et l'emploi. Elle développera aussi un partenariat commercial entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Congo, ainsi que l'agro business et les pistes rurales pour les petits fermiers.

Au niveau de la santé et l'éducation, les actions à mener concernent les revues de dépenses publiques dans ces deux secteurs et la participation au programme de protection sociale pour les plus vulnérables.

L'institution entend, en outre, contribuer au renforcement des capacités du gouvernement et de la gouvernance. Dans ce cadre, elle travaillera avec la société civile, la presse, etc., a souligné Mme Dossou Kouamé.

Selon elle, la Banque mondiale a la volonté à appuyer le Congo à lutter contre la pauvreté, à diversifier son économie et à créer des emplois, a conduit à la gestion des ressources pétrolières plus transparente (EIT, audits, SNPC), et à l'adoption du Programme d'appui à la gestion des investissements publics (PAGIP), la rationalisation de la chaîne de dépenses.

En dépit de ces performances, des faiblesses ont été relevées. Celles-ci concernent l'amélioration du climat des affaires, l’application effective du code de passation des marchés, la mobilisation à temps des fonds de contrepartie, la transparence dans la préparation du budget, etc.