Accueil Tchad Tchad: célébration de la 21e Journée de la Liberté et de la Démocratie

Tchad: célébration de la 21e Journée de la Liberté et de la Démocratie

Le 1er décembre 1990, le jeune colonel Idriss Déby a renversé Hissène Habré. Désormais, ce jour est consacré "Journée de la Liberté et de la Démocratie" et est célébré, depuis quelques années et selon une rotation, dans une des vingt-deux villes chefs-lieux de régions du pays.

Pour sa vingt-unième édition, la Journée de la Liberté et de la Démocratie est célébrée à Moundou, à 400 kilomètres au sud de N'Djaména.

"La commémoration de la Journée de la Liberté et de la Démocratie constitue un moment fort dans l'histoire et la consolidation de la Nation tchadienne, le renforcement de notre jeune démocratie que nous voulons consensuelle, apaisée et dynamique", a déclaré le président devant des diplomates, des hautes personnalités et des milliers d'habitants du Logone occidental.
"Au-delà du côté festif, cette journée est un moment de réflexion, de partage et de souvenirs", a-t-il ajouté.

Le 1er décembre 2010, à Ati dans la région centrale de Batha, le président Déby Itno a proclamé, pour la première fois, la "Renaissance du Tchad".

La renaissance, définit-il, est un nouveau mode, des rapports plus conviviaux entre ses concitoyens et une participation pleine et entière de chacun d'eux à l'édification d'un pays qui veut définitivement rompre avec les démons de la désunion, de la calomnie et de la guerre.
"Nous avons, mieux que beaucoup d'autres États en Afrique, les raisons d'opérer ce changement de mentalités si nous voulons inverser la courbe sur laquelle on placé notre pays", a rappelé le chef de l'Etat à Moundou.

Le président Déby Itno a appelé ses compatriotes à "vaincre toutes les adversités afin de préserver la paix retrouvée et l'unité du pays".
Le président Déby Itno, réélu en avril dernier pour un nouveau mandat de cinq ans, réaffirme un Tchad uni et égalitaire. "J'ai prêté serment pour un Tchad de droit et de bonne gouvernance et non pour un État inégalitaire", a-t-il déclaré.

Pour désenclaver complètement le Tchad, un aéroport international est en finition à Moundou, sa capitale économique. Depuis deux ans, la même ville est déjà reliée à Ngaoundéré (la ville du nord Cameroun) par une grande route bitumée.

Le président Déby Itno veut aussi construire un chemin de fer entre les deux villes précitées. "Les ressources sont disponibles", a rassuré le chef de l'Etat tchadien.

Le 14 mars 2011, le gouvernement tchadien a signé un contrat de 7,5 milliards de dollars avec la China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC) pour la construction d'une ligne de chemin de fer long de 1.344 km.

Le chef de l'Etat s'attaque à un fléau qui mine l'administration tchadienne: absence de l'autorité de l'Etat. "L'autorité de l'Etat s'exercera sur toute l'étendue du territoire. La hiérarchie sera scrupuleusement respectée", a-t-il prévenu.

Il a instruit les gouverneurs des régions à prendre leurs responsabilités, ne voulant plus entendre de l'indiscipline des commandants de brigade de gendarmerie à l'endroit de leurs supérieurs hiérarchiques civils (sous-préfets, préfets et gouverneurs).
Depuis octobre, le chef de l'Etat a entamé la restructuration de l'armée, "une noble institution de la République transformée en un corps moribond et la bête noire des populations civiles".

Enfin, à l'endroit de la jeunesse, le président Déby Itno affirme comprendre leur impatience. "La transformation de notre monde en un village planétaire les a rendus de plus en plus exigeants. Ils veulent tout et tout de suite. Mais je leur demande d'avoir confiance en leur pays et en leur président qui s'est fait le devoir d'être à leur écoute et qui s'investit personnellement dans l'amélioration de leur cadre de vie", a-t-il conclu.