Accueil Tchad Tchad : la riposte contre la poliomyélite continue

Tchad : la riposte contre la poliomyélite continue

Tchad : la riposte contre la poliomyélite continue

Malgré la quarantaine de campagnes de vaccination menées, l'épidémie frappe toujours fortement le Tchad: 114 cas dénombrés en 2011, soit un cas sur trois dans le monde.

Après sa disparition en 2000, la poliomyélite a resurgi en 2003. "C'est une véritable situation d'urgence", note Dr Mahamat Annour, directeur des Activités sanitaires au ministère de la Santé publique.

Un plan d'urgence a été mis en place pour atteindre les personnes difficilement accessibles, notamment les nomades et les habitants des îles du Lac Tchad, frontaliers avec le Nigeria d'où le virus a resurgi il y a huit ans.

"Le Tchad peut éradiquer la polio. Mais, pour arriver à cette fin, les dirigeants et les responsables de la santé à tous les niveaux devront redoubler leurs efforts afin de s'assurer que chaque enfant au Tchad soit protégé contre la polio aujourd'hui et pour toujours", a déclaré Bill Gates, lors d'un séjour à N'Djaména, fin septembre dernier.

"Le défi, c'est de pouvoir atteindre chaque enfant. Il faut que chaque vaccinateur atteigne concrètement les enfants et que chaque famille comprenne que la goutte de vaccin administrée à un enfant est une bonne chose", a ajouté le milliardaire américain dont la Fondation Bill & Melinda Gates est très impliquée dans l'éradication de la poliomyélite.

"Nous sommes très préoccupés par la résurgence de la polio dans notre pays", lui a répondu le président Idriss Déby Itno promettant d'éradiquer l'épidémie "avant la fin de l'année 2011".

Il a interpellé tous ses compatriotes à faire vacciner leurs progénitures, fustigeant une idée reçue très répandue selon laquelle le vaccin contre la polio rendrait les enfants stériles.

Au nombre des pesanteurs, on note l'idée selon laquelle le vaccin donne la diarrhée aux enfants, le risque de surdosage, la mauvaise qualité du vaccin (à cause de son exposition au soleil), le risque de stérilisation, de l'anémie et de décès des enfants.

Le président tchadien Déby Itno a également ordonné aux personnels soignants d'aller de porte à porte, convaincre les parents pour qu'ils acceptent de faire vacciner leurs enfants. Aux chefs religieux (chrétiens et musulmans), il leur a demandé de faire une large sensibilisation au sein de leurs congrégations.

Plusieurs ministres séjournent dans leurs régions d'origine pour booster la campagne. Lors d'un conseil ordinaire des ministres, tenu en septembre dernier, le Premier ministre Emmanuel Nadingar a instruit les membres du gouvernement "à s'impliquer individuellement et davantage dans l'éradication de la polio".