Accueil Afrique du Nord Libye Libye : la rébellion rejette la proposition de Kadhafi pour des élections

Libye : la rébellion rejette la proposition de Kadhafi pour des élections

"Les élections pourraient avoir lieu dans les trois mois, au plus tard d'ici la fin de l'année, et la garantie de transparence pourrait être la présence d'observateurs internationaux", a déclaré Saif al-Islam Kadhafi, le fils aîné du dirigeant libyen, dans une interview accordée au quotidien italien Corriere della Sera, publiée jeudi.

Saif al-Islam Kadhafi a précisé que les élections pourraient être observées par plusieurs organisations, dont l'Union européenne, l'Union africaine, les Nations Unies, voire même l'OTAN, qui a intensifié ses raids aériens contre les forces du colonel Kadhafi.

"Le gouvernement de Kadhafi a perdu toute légitimité, donc il n'est pas censé demander des élections et nous ne négocierons pas avec lui", a indiqué Jalal Gallal, porte-parole des rebelles, à xinhua par téléphone.

"La communauté internationale a appelée à maintes reprises Kadhafi à retirer ses troupes et à permettre que l'aide humanitaire parvienne au peuple libyen", a rappelé M. Jalal Gallal, qui a ajouté : "Le seul choix pour Kadhafi est de renoncer au pouvoir".

Les Etats-Unis ont souligné jeudi le caractère tardif de la proposition du dirigeant libyen et ont averti que ses jours étaient maintenant comptés.

"Les propositions de Kadhafi et de ses proches en vue d'un changement démocratique arrivent un peu tard. Il est temps qu'il parte", a déclaré la porte-parole du Département d'Etat américain Victoria Nuland, lors d'un point de presse.

La pression que la communauté internationale a continué d'exercer sur Kadhafi et son régime "produit son effet", avec la défection de plus de 50 diplomates et fonctionnaires libyens de haut rang, a souligné la porte-parole américaine

"Ainsi, il [Mouammar Kadhafi] devient de plus en plus isolé. Ses jours sont comptés", a-t-elle ajouté.