Accueil Afrique de l'Ouest Côte d'Ivoire L’ONUCI réitère sa disponibilité à contribuer la sécurisation du territoire

L’ONUCI réitère sa disponibilité à contribuer la sécurisation du territoire

L’ONUCI réitère sa disponibilité à contribuer la sécurisation du territoire

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire, Young Jin Choi, a réitéré mardi à Abidjan la disponibilité de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (ONCUCI) à contribuer à la sécurisation du territoire ivoirien.

Selon M. Choi qui intervenait à l'issue d'une audience avec le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara, la mission onusienne se donnera les moyens d'agir dans la dynamique de la normalisation.

"Les perspectives que nous avons sont optimistes et réalistes. Sur le plan sécuritaire, nous nous réjouissons de ce que le président Ouattara ait promis de prendre des mesures", a déclaré en substance le responsable de la mission onusienne.

"L'ONUCI se tient prête à accompagner le gouvernement ivoirien dans la phase de reconstruction du pays, et à apporter son soutien au peuple ivoirien", a-t-il noté.

Young Choi a affirmé avoir évoqué avec le président ivoirien le déploiement logistique de l'ONUCI sur le territoire ivoirien notamment à l'ouest à travers l'installation de certaines bases, et la coopération entre les préfets des départements concernés et les troupes de la mission onusienne.

"Sur le plan de la sécurité, on doit avoir une vision claire sur le dispositif de sécurité nationale et le président Ouattara nous a assuré qu'il va prendre des mesures sans tarder", a déclaré M. Choi.

"La sécurité sur le territoire national sera largement améliorée dans un bref délai", a-t-il promis, affirmant avoir discuté avec le président ivoirien de "la possibilité d'augmentation des forces de l'ONUCI des zones stables vers l'ouest" du pays.

Au moment où la Côte d'Ivoire tente de retrouver la normalité après une crise post-électorale aigüe qui a secoué le pays cinq mois durant, la problématique de la sécurité demeure une préoccupation dans le pays au regard de méfaits et de violences sporadiques signalés parfois à Abidjan et dans la région ouest du pays.

Le 9 juin, l'ONUCI s'est déclarée "très préoccupée" par la multiplication des attaques d'éléments des Forces républicaines de la Côte d'Ivoire (FRCI) contre des villages dans le sud-ouest, le centre ouest et le sud du pays.

Malgré l'appel à la reprise avec des menaces à peine voilées du gouvernement, de nombreux policiers et gendarmes qui ont pris la fuite lors de l'offensive de l'armée de M. Ouattara sur la moitié sud du pays manquent à leurs postes dans les commissariats et brigades occupés par les Forces républicaines de Côte d'Ivoire ( FRCI, pro-Ouattara).

A maintes occasions, les forces impartiales composées de l'ONUCI et de la force française Licorne ont appuyé les forces ivoiriennes dans les patrouilles visant à ramener la quiétude dans la ville d'Abidjan qui était en proie à des pillages et exactions.

Lors d'une précédente rencontre avec le Premier ministre Guillaume Soro vendredi dernier, le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU avait fait état de la nécessité de maintenir la présence de l'ONUCI jusqu'après les élections législatives ivoiriennes.